Le royaume d'Arnestil V2-Les temps sombres

Arnestil, la suite de la V1. Un cruel tyran à remplacé la reine légitime et fait d'elle sa prisonnière. Depuis, la répression se fait omniprésente et, le peuple commence à regretter son ancienne souveraine. Quelqu'un mettra-t-il fin à cette terreur ?
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'entrée de la ville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Razah la terreur
Absent (e)
Absent (e)
avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 03/08/2008

Feuille de personnage
Localisation : (lieu ou se trouve habituellement votre perso)
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: L'entrée de la ville   Mer 13 Aoû 2008 - 14:26

Après de longue heure Razah arriva au porte de la ville, et au moment ou il pénétrai dans la ville un garde l'arrêta.

Qui es-tu étrangé?

Je me nomme Razah, je suis un bucheron, j'arrive de la forêt et j'ai terminé mon travail .Seigneur.
Razah ne pouvais dire la vérité.

Mouais, entre, mais ce qui est étrange je n'ai vu personne sortir de la ville.

Oui, je sais hier je me suis endormi au travail et je ne suis pas rentré chez moi, et donc vous n'auriez pas su me voir.

Bon, rentre, mais, à qui appartient ce cheval.

Razah commenca à avoir des palpitations.

Euh... Ce cheval est un cheval que j'ai trouvé dans la forêt, je pense que c'est un cheval sauvage mais j'en ai besoin.
Car mon dos me fait trop mal maintenant.

Allais entre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad Tepes Drâculea
Artiseur(se)
Artiseur(se)
avatar

Nombre de messages : 101
Age du personnage : Bien plus d'une centaine d'année...
Peuple : Elfe noir / Transylvanien
Rang : Imperator, Souverain d'Arnestil
Date d'inscription : 17/06/2008

Feuille de personnage
Localisation : Château d'Arnestil
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: L'entrée de la ville   Mer 13 Aoû 2008 - 16:36

Un sous-officier Transylvanien observa, depuis la fenêtre du poste de garde à l'entrée des remparts de la ville, la conversation entre un milicien Arnestilien chargé de surveiller l'entrée et un inconnu à une drôle d'allure, loin d'être Noble, et pourtant avec lui une monture.

Le Milicien sembla laisser passer sans mal le visiteur, ce qui n'était pas du goût du gradé qui sortit accompagné de quatres soldats.


Ola Etranger, arrêtes-toi et garde les mains sagement hors de portée de tout arme. Fit le gradé d'un ton dur et méfiant, la main sur le pommeau de son épée.

Les quatres autres soldats se mirent en cercle autour du visiteur, sur le qui-vive.

Le Gradé interpella le milicien.


Et toi imbécile, pour quels motifs as-tu laissé passer un inconnu ?

Le milicien répéta les dires du voyageurs en balbutiant.


Un bûcheron ? s'exclama le gradé perplexe en fixant l'inconnu de la tête au pied.

Et où sont tes rondelles de bois ? ta hache ? tu n'es point vêtu comme un Bûcheron et encore moins comme un Noble ou un Officier pour posséder une monture.. où l'as-tu volé ?!

Les soldats s'avancèrent d'un pas resserant le cercle.

Mes avis que tu n'es pas clair, alors tu vas gentiment rebrousser chemin. La Capitale n'est point accessible à qui l'entend.


Le sous-officier repoussa d'une main le voyageur en arrière pour l'inciter à faire demi-tour.

Quand à toi sombre crétin de Milicien, tu me feras 4 jours en geôle pour avoir manqué à ton devoir.


Les Humains.. quelle maudite race..
grommella-t-il en regagnant son bureau au poste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Razah la terreur
Absent (e)
Absent (e)
avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 03/08/2008

Feuille de personnage
Localisation : (lieu ou se trouve habituellement votre perso)
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: L'entrée de la ville   Mer 13 Aoû 2008 - 17:01

Mon seigneur s'exclama Razah
Je suis un bucheron venant de la forêt, je sais que je ne ressemble pas à un bûcheron car je me suis fait attaqué par des brigands,


j'ai réussi à me débattre, et j'ai courru jusqu'à l'un des chevaux d'un brigand.

C'est vrai j'ai menti au garde car je ne voulais pas m'attirai des ennuyes.

Pardonnez moi, mon seigneur je voudrais rejoindre l'auberge qui me sert de maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad Tepes Drâculea
Artiseur(se)
Artiseur(se)
avatar

Nombre de messages : 101
Age du personnage : Bien plus d'une centaine d'année...
Peuple : Elfe noir / Transylvanien
Rang : Imperator, Souverain d'Arnestil
Date d'inscription : 17/06/2008

Feuille de personnage
Localisation : Château d'Arnestil
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: L'entrée de la ville   Mer 20 Aoû 2008 - 8:55

Le Gradé sans se retourner en avait marre d'entendre geindre l'inconnu.

Après tout ce n'est que la ville.. point le Château et puis avec toutes les patrouilles.. songea-t-il.

Il fit signe à ses hommes de le laisser passer et regagna son bureau, notant tout de même sur un parchemin, la venue du visiteur, sa description et ses histoires farfelues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Razah la terreur
Absent (e)
Absent (e)
avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 03/08/2008

Feuille de personnage
Localisation : (lieu ou se trouve habituellement votre perso)
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: L'entrée de la ville   Mer 20 Aoû 2008 - 9:57

Après cette discussion, Razah chercha une auberge pour se reposer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Godefroy
Vifier(ère)
Vifier(ère)
avatar

Nombre de messages : 30
Age du personnage : 29
Peuple : Humain
Rang : Duc
Date d'inscription : 15/08/2008

Feuille de personnage
Localisation : En ses terres
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: L'entrée de la ville   Ven 22 Aoû 2008 - 15:14

Exclamation Duché de Volpe



La cavalcade avait été longue, moult plaines et vallons furent traversé par le duc de Volpe et son escorte. Ils avaient galopé, trotté, galopé de nouveaux avant d’arriver enfin à l’entrée de la capitale d’Arnestil. Il n’y avait eu que peu de repos, mais les hommes comme les chevaux étaient endurants et le peu de répit qu’il y eu dans ce voyage avait suffit à tous. Les gibecières étaient vides cependant et le voyage de retour ne se ferait pas avant de les avoir rempli de nouveaux. Godefroy releva le vantail de son armet, son regard balaya la ville qui était en pleine reconstruction suite à la bataille qui s’était déroulée, les armoiries du nouveau maître des lieux planaient un peu partout, remplaçant celle de l’ancienne reine.

Il avança en direction de la ville, Wulfbeil trottant à ses côtés sur la route pavés menant à l’entrée de la capitale. Les serfs s’affairaient à travailler la terre, toujours aussi miséreux, mais à présent la peur se lisait sur leurs visages aigris. Ce spectacle fut court et déjà les gardes de la porte se mirent en position pour bloquer le passage, le duc de Volpe quelque peu contrarié fit un signe de la main. Le groupe s’arrêta à une courte distance du barrage et le héraut de Volpe s’avança. Vêtu du traditionnel tabard, et son destrier portait sur un caparaçon de tissu les armoiries du duché. Le héraut annonça d’une voix forte et claire, la barbute qu’il portait ne le gênant point.

Sa seigneurie le duc de Volpe vient en la capitale d’Arnestil afin de prêter son serment de vassalité auprès du nouvel empereur. Le héraut continua d’un ton moins fort, mon seigneur vous serez gré de ne pas le faire languir ici et vous ordonne de levez ce petit barrage afin de le laissez allez juré fidélité à l’empereur.

Quand le héraut eu finit, un maigre silence laissa place à des rires et moqueries venant des gardes transylvaniens. Le sergent été lui-même descendu voir la raison de ces rires incongrus, malgré le retour à la discipline qu’il provoqua par sa seule présence il regarda attentivement et le héraut, et l’escorte avant de prendre la parole à son tour.

Eh bien, toi et ton maître attendraient ici jusqu’à ce que sa seigneurie daigne vous recevoir. Ainsi tu peux repartir dire à ton faible seigneur ces quelques mots.

Le héraut ne sachant trop que répondre commença une brève réponse.

Mon seigneur ne verra guère d’un.. ..

Place ! Interrompis Godefroy, Quel est donc la cause de mon attente intolérable ? Est-ce là les vilains qui me retardent ?

Le héraut acquiesça de la tête, Godefroy se tourna vers les gardes et d’un ton des plus méprisant s’adressa à cette poignée de soldat.

Allons faites place manants, ou vous aurez à répondre de vos actes. Je n’ai pas de temps à perdre avec vous.

Vous attendrez ici que l’empereur Draculea vous reçoive, rétorqua le sergent, et je ne.. ..

Le bruit d’une gifle se fit entendre suivit du sons d’épées sortant de leurs fourreaux. Le sergent n’avait pus retenir un léger cri de douleur sous cette volée donné par la main gantée de métal du duc sur la joue de ce coquin. Le transylvanien, sous le regard noir de Godefroy et sans doute aussi à cause de son abasourdissement dû au coup qu’il avait reçu, fit signe à une patrouille à cheval de trois cavaliers qui, alertés par le bruits avaient accourus. Le sergent ordonna aux cavaliers d’accompagner le duc et son escorte au château et de les mener au roi.

Le duc de Volpe ne remercia nullement le sergent, tout le groupe se mit en branle, dans un bruit de métal et de sabots ferrés, en direction du castel de la ville.



Arrow Châtelet d'entrée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akkarin
Absent (e)
Absent (e)
avatar

Nombre de messages : 6
Age du personnage : 22
Peuple : humain
Date d'inscription : 16/08/2008

Feuille de personnage
Localisation :
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: L'entrée de la ville   Dim 31 Aoû 2008 - 22:04

Enfin la ville apparaissait. Il en avait fallu du temps pour la rallier. Ses belles tours apparaissaient enfin à l'horizon, réjouissant l'homme en noir. Il avait fait un long voyage pour venir l'admirer et voir de ses propres yeux le souverain qui régnait dorénavant sur ses terres. Un des serviteurs en ayant de l'homme lui demanda d'une voix craintive:

Est-ce cette ville que vous cherchiez, Seigneur? Ou allons nous devoir encore marcher... Nous n'en pouvons plus...


Akkarin ne répondit pas, se contentant d'envoyer une gifle monumentale à son interlocuteur afin de le faire taire. Il donna un coup de talon à son cheval pour le faire avancer. Bientôt, les portes de la cité apparurent. Elles semblaient gardées par des miliciens. Ceux-ci arrêtèrent les trois hommes avec leur lance, tout en demandant d'une voix rauque:

Je peux savoir qui vous êtes et c'qui vous amène en ville... étrangers?


Je me nomme Akkarin Felicis, et ces deux là sont mes esclaves, répondit Akkarin d'une voix douceâtre sans relever la capuche qui lui recouvrait le visage. Je suis ici pour affaire et ces affaires ne regardent que moi. Maintenant je te serai gré de me laisser passer, j'ai autre chose à faire que de parler avec toi... soldat...

Non mais pour qui il se prend là l'étranger ? Tu vas gentillement t'excusez et... whaouuuuuu c'est quoi ça?

Sur un geste d'Akkarin, l'un des serviteur venait d'ouvrir un coffret et d'en sortir une bourse pleine d'or. Il la tendit à son maître, qui l'envoya au milicien.

Partage ça avec tes amis et va boire à ma santé. Puis-je passer maintenant?

Euh... c'est pas très réglementaire tout ça... Bon euh.... d'accord passez...


*Tous les mêmes, pensa Akkarin. Un peu d'or et les voilà comme des larves...*
L'homme en robe noire soupira et commença à entrer dans la ville, avant que les miliciens ne changent d'avis...

Arrow auberge
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etan
Vifier(ère)
Vifier(ère)
avatar

Nombre de messages : 23
Age du personnage : 23
Peuple : Humain
Date d'inscription : 27/12/2008

MessageSujet: Re: L'entrée de la ville   Jeu 23 Juil 2009 - 13:55

Exclamation Grande place




Il n’allait pas être simple de sortir, l’entrée était gardée, deux hommes en bas gardaient le passage. La lumière émanant d’une pièce attesta de la présence d’autres soldats, un passage en force se solderai par un échec, il n’était nullement armé et les gardes auraient tôt fait de l’occire. L’approche plus parlementaire ne réussira pas plus, cela ne ferai qu’alerter la petite garnison, et de toute manière personne ne devait être autorisé à sortir de nuit, encore moins un inconnu en guenille, les mains en sang. Il paraissait bien trop louche, il ne lui restait plus qu’à tenter le coup aussi sournoisement que possible en espérant que cela marcherait, sinon il lui faudra ou rebrousser chemin ou improviser, mais pas question d’être repris.

Marchant à pas de loups, fixant attentivement les faits et gestes des deux gardes, tendant l’oreille pour parer à l’éventualité que la garnison ne fasse irruption inopinément. Autant que tout son attention était tourné vers cette entrée, les deux gardes restant groupé et chacun à la vue de l’autre, il ne pouvait rien faire. Finalement, alors qu’il arrivait contre l’un des mur faisant l’angle avec le corps de garde et qu’il se penchait légèrement afin d’avoir une vue sur les deux hommes, l’un d’eux s’avança vers l’extérieur. Sans doute un bruit avait-il attiré son attention et sa méfiance , malheureusement pour lui il ne se méfiait pas que le danger viendrait d’ailleurs. Car au même instant, Etan saisit sa chance et, munis d’une pierre, s’approcha lentement du second qui n’avait pas quitter sa place, et là…

Alors, qu’à tu vu ?… il n’eu le temps que d finir sa question que la pierre s’abattit sur son crâne simplement protégé par sa capuche de maille. Assommé, par le coup, et mis hors d’état de nuire le soldat ne s’effondra pas de tout son long dans un fracas métallique. Etan le soutint, et dés qu’il l’eu mis à terre il chargea le second dont le regard se perdait à l’horizon.

Je ne sais pas, il m’a paru entendre un bruit, tu n’as rien enten… Sa phrase resta en suspend. Il sentait une légère pression dans son dos. Il s’était alors raidi, ne sachant ce qu’il se passait. C’est toi Franck ?

La seule qu’il eut ne le réconforta pas, car il ne connaissait pas cette voix, ce ne fut ni celle de son ami, ni celle d’un autre garde.

Franck dort, et tu vas le rejoindre.

Alliant la parole au geste il asséna un coup de la garde de l’épée dans le bas du crâne de l’homme, mais celui-ci tomba au sol et son épée laissa échapper un bruit de métal. Il n’avait plus le temps il lui fallait fuir, car le bruit alerterait certainement la garnison et les hommes se trouvant sur le chemin de ronde. Il courut de nouveau, en direction de la forêt toute proche, c’était le meilleur lieux pour se cacher pendant la nuit.

Un homme de la garnison se releva brusquement de son tabouret de bois, le bruit métallique l'avait tiré de sa somnolence. Il ne vit cependant pas grand chose, hormis une ombre fuyant la ville. Il fit passer rapidement le mot à son supérieur transylvain qui ordonna l'ordre aux sentinelles de tirer. Des carreaux furent lâchés jusqu'à ce que le présumé ennemi soit hors de portée. Il ne restait plus qu'à en rendre compte à l'impérator...




Arrow Orée de la forêt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vlad Tepes Drâculea
Artiseur(se)
Artiseur(se)
avatar

Nombre de messages : 101
Age du personnage : Bien plus d'une centaine d'année...
Peuple : Elfe noir / Transylvanien
Rang : Imperator, Souverain d'Arnestil
Date d'inscription : 17/06/2008

Feuille de personnage
Localisation : Château d'Arnestil
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: L'entrée de la ville   Mer 27 Jan 2010 - 13:43

Le Grand Retour de l'Imperator Vlad Tepes Draculea

Le temps promettait pourtant d'être un peu plus clément ce jourd'hui. Un ciel dégagé avec quelques rayons de soleil brisait un peu la monotonie de l'obscurité qui régnait sur Arnestil depuis la fin du règne de la Reine Déchue.

Un léger changement qui ne serait que de courte durée, car les vastes contrées aux portes de la Capitale Arnestilienne s'assombrirent soudainement, provoquant par la même des bruits lourds et assourdissants.
A première vu l'on pourrait croire à un nouvel orage, nonobstant celui-ci envisageait d'être plus violent que les précédents.

Nenni ! la météo n'était pas à l'honneur.
Au grand damne de certains, et peut être, peut-être pour la joie d'une autre minorité,
Il s'agissait du Souverain d'Arnestil, l'Impérator Vlad Tepes Draculea, avec une partie de son armée, de retour de Campagne militaire qui s'était soldée par une nouvelle victoire.

Après de longs mois d'absence du Souverain, dont on n'eut que peu de nouvelles, à qui la faute ? aux coursiers ? au Régent qui ne faisait suite aux missives ?
Le peuple venait à se demander si le redouté Tepes reviendrait au pouvoir un jour ou plus encore, si la fin d'un règne totalitaire allait sur son déclin...

Du haut de sa magnifique monture à la robe noire,
L'Impérator fixait, de son regard sévère et rouge-sang, les remparts de la Capitale soulagé d'un côté de constater que la cité ne fut poinct tombée entre les mains des rebelles qui pouvaient profiter de l'aubaine qui s'était présentée à eux par l'absence de leur ennemi juré. Manqué !

Sombres imbéciles. Ces rebelles se terrent comme des rats.
Ce petit groupe de paysans à fourche a certainement enfin compris où était son intérêt. Devant Draculea l'on ploit ou l'on meurt.

Et s'il s'agissait d'un piège mon Sire ? intervint un officier.

De sa main gantée, le Seigneur désigna au loin un petit nombre de paysans qui regroupait des mottes de foin.

Voit leurs visages. Que lis-tu ? toujours la même peur et soumission. Inutile d'utiliser l'Art pour s'en rendre compte. répondit Vlad terminant par un petit rictus maléfique.

Faîstes retentir l'Olifant ! Annoncez nostre grand retour !
Je ne vois poinct toutes nos fiers couleurs sur les Remparts c'est inadmissible !


Sur ces derniers mots stricts, l'Impérator donna un coup sec d'éperons sur les flancs de sa monture qui s'élança vers la Capitale, suivit du reste de l'armée.

Que fait donc Sylvius ? s'interrogea intérieurement Vlad.
Et pourquoi n'ai-je poinct reçu bon nombre de rapports de sa part durant ma campagne ? Il va falloir que je reprenne ce Royaume bien en main comme d'Antan. J'ai le sentiment que beaucoup de travail reste à faire et à remettre en ordre...


Le visage dur et impassible, de la même allure noble et droite dont on lui connaissait, l'Impérator Vlad Tepes Draculea était bel et bien de retour à Arnestil, déterminé à régner avec sa poigne de fer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'entrée de la ville   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'entrée de la ville
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 109 entrée de la ville de Buffalo | Boire un peu coup c'est agréable... *Roxy
» Umbar (ou ville du harad pour ceux qui preferent)
» demande gif entrée
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Haiti : Cazal une ville , une histoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le royaume d'Arnestil V2-Les temps sombres :: Parties RP :: La ville (RP) :: Autres (marché, rues de la ville....)-
Sauter vers: