Le royaume d'Arnestil V2-Les temps sombres

Arnestil, la suite de la V1. Un cruel tyran à remplacé la reine légitime et fait d'elle sa prisonnière. Depuis, la répression se fait omniprésente et, le peuple commence à regretter son ancienne souveraine. Quelqu'un mettra-t-il fin à cette terreur ?
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rues de la ville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lloyd
Artiseur(se)
Artiseur(se)
avatar

Nombre de messages : 22
Age du personnage : 26
Peuple : Humain
Rang : Chef des rebelles
Date d'inscription : 21/01/2009

Feuille de personnage
Localisation : inconnu
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Rues de la ville   Mer 28 Jan 2009 - 21:58

La nuit tombait, les rayons issus de la lune commençait à paraître, remplissant le ciel d’une froide couleur tandis que les dernières chaleurs du soleil s’effaçait, comme effacé. La pénombre emplissait les rues, ruelles, les places se retrouvées très vite être des centre lumineux entourés par les ténèbres engloutissant de la nuit qui approchait. Les gens marchait vite pour rentrer chez eux et échapper à la morsure du froid de la nuit, leurs ombres dansant sur les murs tels des diablotins cherchant à jouer des mauvais tours.

Mais dans en cette ville qui s’endormait progressivement, subsistait un homme, marchant d’un pas lent, traînant. Le visage plongé dans un grand col droit, les bras croisés, l’air songeur. Aucun des rares passant ne se souciait de lui, peut être auraient-ils dû, peut être pas. Ils se moquaient bien de qui il pouvait être, ce qu’il pouvait faire comme métier. Cela l’avait d’abord rendit furieux de voir que personne ne se préoccupait des autres que lorsqu’ils en avaient besoin. Puis il en était venu à mettre de côté ce sentiment, après tout cela ne faisait nullement avançait les choses. Il arpentait les rues, il ne savait que faire d’autre, parfois on le prenait pour un mendiant et il recevait une pièce en guise d’aumône. Il ne pouvait s’empêcher de sourire à ce spectacle. Mais pour l’heure il était seul, se promenant tel un visiteur dans l’immense cité qu’est la capitale, parfois une patrouille de miliciens le croisait, mais ils ne disaient mots, ils n’avaient jamais pris leurs travails au sérieux, ce n’était pas aujourd’hui que cela allait commencer. Seul les rares patrouille de soldat transylvaniens l’interpellait, s’ensuivait alors tout une discussion interminable dont les soldats abréger bien vite, que ce soit en le repoussant, par les mots ou les coups ou alors en le raccompagnant dans la première bâtisse adéquate qu’il disait être sa demeure. A chaque fois c’était bien sûr maison en ruine, abandonnée ou bien un simple terrain vague. Une fois il fit croire qu’il habitait dans une crypte, la réaction ne s’était d’ailleurs pas fait attendre et il se souvient encore très bien du coup qu’il reçut. Il eut aussi droit à de nombreux séjour au frais, mais qui ne durait bien longtemps.

Qui se doutait que lui, Lloyd Justinus, était l’homme le plus recherché par tout les gardes, qu’ils l’avaient toujours eu entre leurs mains, et jamais ils ne découvrirent ce qu’il trafiquait. Mais ce soir là, il s’était accordé une promenade nocturne pour se « rafraîchir » les idées. Ses dernières décisions l’avait amené à devoir s’occuper en personne d’un léger sabotage pour encore une fois fragiliser le pouvoir en place.

Ce soir là, il fit aussi la rencontre d’un itinérant.

Eh là compagnon ! Lança l’homme, aurai-tu de quoi hydrater un homme sur toi ? J’ai marché toute la journée et je n’ai pu boire de la journée.

L’homme portait de habits poussiéreux, déchirés, un grand sac sur son dos semblait à peine réussir à contenir ce qu’il y avait dedans.

Bien sûr, répondit Lloyd, venez donc, elle est fraîche mais cela devrai vous convenir.

Lui tendant une outre, bien petite, l’homme la saisit et la vida d’un trait. Il prit tout de même le temps de profiter de la dernière gorgée. Puis rendit l’outre à son bienfaiteur.

Ah au fait, moi c’est Angus, et vous c’est ?

Lloyd le regarda avec un léger sourire,
enchanté Angus, ne vous préoccupez pas de mon nom à moi je n’en ai pas. Je crains que me parents n’aient oublié cette étape. J’espère que ce peu d’eau vous aura suffit.

Angus, se frottant doucement la gorge répondit, oh oui mon ami et je vous en suis bien reconnaissant. Cela vous ennui-t-il si l’on continuait cette conversation à la grande place ? Mes pieds me font tant souffrir.

Si vous le souhaitez, je n’ai pas d’autre chose en perspective ce soir.

Les deux comparse prirent alors une rue à gauche, longèrent quelques jardins puis arrivèrent sur la grande place.




Arrow Grande place
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaendre
Vifier(ère)
Vifier(ère)
avatar

Nombre de messages : 85
Age du personnage : 250 ans
Peuple : Elfe
Date d'inscription : 13/06/2008

Feuille de personnage
Localisation :
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: Rues de la ville   Mer 14 Avr 2010 - 21:42

La Joyeuse Auberge

Vaendre sortit de la taverne, laissant le centaure gémissant.
Il se reprocha son emportement face à ce centaure. Au fond, il ne lui avait rien fait de mal, mais tel que Vaendre connaissait les centaures, ils étaient tous semblables.
Vaendre jeta un rapide regard autour de lui afin de s'assurer de ne pas être observé.
Ne voyant personne il s'approcha d'un mur et entreprit d'y grimper. Les prises étaient facile car les intervalles de la pierre étaient creux. D'autant que Vaendre avait été accoutumé dans sa jeunesse à grimper aux arbres, et même si sa mémoire défaillait et qu'il n'avait que peu de souvenirs de sa vie antérieure, il y avait des réflexes naturels qui étaient demeurés en lui.
Il atteint enfin le toit après s'être rattrapé sur un petit balconnet. Celui-ci malgré sa légère inclinaison abrupte était franchissable, et les toits voisins n'étaient pas si éloignés. Vaendre s'élança alors et bondit de toits en toits. Il cherchait une occasion de dégourdir ses lames.
Il aperçut alors un garde, au détour de la Ruelle d'Ambre. Il n'hésita pas et exécuta un salto qui le propulsa jusque sur le garde. Ne le laissant pas le temps de réagir, il activa son katar et égorgea le garde.

Oui...il savait ce qu'il devait faire à présent, la rébellion était proche...

Il chancela. Dans sa fuite, il n'avait pas pris garde à ses blessures, et les mouvements amples qu'il avait dû faire les avaient mises à vif. Il soutint son bras gauche, mais n'osa pas s'agenouiller de peur d'aggraver l'état des plaies de ses jambes. Il allait devoir penser à les soigner afin qu'elles ne s'aggravent pas. Il aurait pu utiliser des herbes de soins, mais son passé avait également emporté ses connaissances en herbes médicinales, c'est pour cela que cette solution ne lui vint pas à l'esprit.


Lentement afin d'accoutumer ses membres aux mouvements, il continua d'avancer sur les toits de la ville.

_________________


"Ir Ithil ammen Eruchín
menel-vîr síla díriel
si loth a galadh lasto dîn!
A Hîr Annûn gilthoniel,
le linnon im Tinúviel !"

#Lúthien ~ Glaer an Elbereth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leen
Sang-Melé(e)
Sang-Melé(e)
avatar

Nombre de messages : 30
Age du personnage : 24
Peuple : Humaine
Rang : Recruteuse et colporteuse des anciens vifiers rebelles
Date d'inscription : 18/06/2008

Feuille de personnage
Localisation :
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: Rues de la ville   Jeu 15 Avr 2010 - 21:21

La joyeuse auberge-Chambres

Après avoir acheté au passage une belle miche de pain afin d’avoir une bonne excuse pour se rendre au château, Leen traversa les rues de la ville d’un pas à la fois égal et rapide.

Tout en évoluant ainsi, la colporteuse entendit un étrange bruit au dessus de sa tête. Peu après, une ardoise venait s'écrouler à ses pieds.
Intriguée, elle leva les yeux vers les toits.

C'est alors qu'elle reconnu, courant sur les pierres sombres des bâtiments qui flanquaient l'étroite rue où elle se trouvait l'elfe qui quelques minutes plus tôt était avec elle dans la cave où s'était tenue la réunion secrète des rebelles.
Profitant de l'occasion qu'un tel hasard lui donner d'en apprendre un peu plus sur l'un de ses compatriotes, elle suivit du sol les mouvements qu'il faisait sur les toits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaendre
Vifier(ère)
Vifier(ère)
avatar

Nombre de messages : 85
Age du personnage : 250 ans
Peuple : Elfe
Date d'inscription : 13/06/2008

Feuille de personnage
Localisation :
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: Rues de la ville   Ven 16 Avr 2010 - 19:33

Vaendre avait enfin réussi à réapprivoiser son corps, il arrivait à nouveau à faire des mouvements plus amples.
Il parcourut donc les toits et les corniches en quête de quelque garde transylvanien à tuer.
S'arrêtant un moment, il entendit un bruit de pas de course qu'il n'avait pas pu percevoir durant la sienne.
Immédiatement, le bruit s'arrêta.
Vaendre se remit alors en route afin de ne pas laisser le temps à son poursuivant de se douter de quoi que ce soit.

Arrivé à une intersection, il bifurqua aussitôt suivant du toit une ruelle sombre, et ne laissant pas à l'individu le temps de le regagner sa vue, il se coucha à plat ventre et rampa jusqu'au centre du toit.
Comme il l'avait envisagé, le quidam avait également emprunté la ruelle afin de le suivre des yeux, mais il ne le voyait plus.
Lentement, il rampa vers le rebord du toit accolé à la Rue de la Forge Ardente et avec mille précautions entreprit d'abaisser sa position en se servant des prises qu'offraient la pierre. Son poursuivant se tenait juste à l'intersection des deux rues.
Parfait.
Il entreprit d'escalader le mur de la bâtisse jusqu'à l'angle de la bifurcation. Il souffla puis bondit.

Il atterrit quasiment sur son poursuivant, ce qui étourdit ce dernier et lui permit de se saisir de lui et d'appliquer sa lame sur sa gorge.


Qui es-tu ? Et que veux-tu ? s'exclama-t-il d'une voix menaçante, Tu me suivais, n'est-ce pas ? Dis vite, misérable, avant que ma lame ne rencontre ta chair !

_________________


"Ir Ithil ammen Eruchín
menel-vîr síla díriel
si loth a galadh lasto dîn!
A Hîr Annûn gilthoniel,
le linnon im Tinúviel !"

#Lúthien ~ Glaer an Elbereth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leen
Sang-Melé(e)
Sang-Melé(e)
avatar

Nombre de messages : 30
Age du personnage : 24
Peuple : Humaine
Rang : Recruteuse et colporteuse des anciens vifiers rebelles
Date d'inscription : 18/06/2008

Feuille de personnage
Localisation :
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: Rues de la ville   Dim 18 Avr 2010 - 21:23

Leen suivit ainsi sa proie pendant quelques minutes. L’elfe se déplaçait avec une aisance étonnante qui semblait indiquer qu’il avait l’habitude de se mouvoir sur de ce genre de terrain.
Intriguée, Leen qui était la curiosité incarnée en oublia presque la mission que lui avait confiée le chef rebelle. Elle abandonna donc pour un temps cette dernière, poursuivant inlassablement son compatriote dans l’espoir que cela lui permettrait de connaitre l’objet de la curieuse expédition qu’il menait.

Le suivre présentait une certaine difficulté. En effet, à cause de l’étroitesse des rues où elle se déplaçait, la colporteuse perdait souvent l’elfe des yeux. Elle ne prêta donc que trop tard attention à la disparition du martèlement de ses pieds sur les ardoises et fut rappelée à l'ordre lorsque de chasseur, elle se trouva rétrogradée au rang de proie et qu'elle sentit le froid d'une dague sous sa gorge.


Comme elle connaissait son agresseur, Leen préféra ne rien tenter de stupide.
Sous la menace de l’arme, elle leva donc lentement les bras afin de montrer qu’elle n’était pas armée.
Sans bouger d’un pouce, elle déclara d’une voix claire et avec un ton qui n’était pas sans une certaine effronterie :


« Allons, allons, monsieur, du calme. Ne reconnaissez-donc pas vos alliés de vos ennemis ? Je vous en prie, ôtez cette dague de ma gorge et parlons en gens civilisés…»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaendre
Vifier(ère)
Vifier(ère)
avatar

Nombre de messages : 85
Age du personnage : 250 ans
Peuple : Elfe
Date d'inscription : 13/06/2008

Feuille de personnage
Localisation :
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: Rues de la ville   Lun 19 Avr 2010 - 19:26

Vaendre s'apprêtait à presser sa lame sur la gorge du fugitif plus fort afin de faire jaillir le sang, quand il tressaillit à l'écoute de sa voix.
C'était une femme ! Et sa voix ne lui était pas inconnue.
Oui, c'était effectivement la jeune femme qu'il avait rencontré dans la réunion secrète des rebelles.
Mais la question qui se posait était pourquoi elle le suivait. Peut-être était-elle une traîtresse ? Peut-être les rebelles désiraient-ils le surveiller de près afin de s'assurer de ses intentions ? Ou peut-être qu'elle l'avait suivi par simple curiosité ?

Quelque réponse parmi celle-ci qui fut exacte, Vaendre savait qu'aucune d'entre elles n'était négligeable et il se devait de rester vigilant dans le cas où l'une ou l'autre réponse qui pourrait l'entraver serait la bonne.
Il relacha donc son étreinte sur la jeune femme sans remettre pour autant sa lame au fourreau.

Veuillez m'excuser si je vous ai brutalisée, déclara-t-il d'une voix neutre, presque mécanique, mais vigilance est mon maître mot et je ne pouvais pas me permettre de prendre des risques avant de connaître votre identité...

Il étreignit sa lame avec plus de force.

J'espère pour vous que vous êtes bel et bien membre des rebelles sinon ma lame se fera un plaisir de sectionner votre gorge.

Il garda un regard flou et resta impassible, et même si l'on ne voyait d'autre partie de son visage que ses yeux, on pouvait deviner la fermeté de ses traits apparentés à celle de son esprit.

_________________


"Ir Ithil ammen Eruchín
menel-vîr síla díriel
si loth a galadh lasto dîn!
A Hîr Annûn gilthoniel,
le linnon im Tinúviel !"

#Lúthien ~ Glaer an Elbereth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leen
Sang-Melé(e)
Sang-Melé(e)
avatar

Nombre de messages : 30
Age du personnage : 24
Peuple : Humaine
Rang : Recruteuse et colporteuse des anciens vifiers rebelles
Date d'inscription : 18/06/2008

Feuille de personnage
Localisation :
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: Rues de la ville   Lun 19 Avr 2010 - 19:52

Tandis que le froid de la lame de l’elfe quittait le cou sans défense de la colporteuse et que son assaillant relâchait son « étreinte », la jeune femme eut un rire nerveux.

Et bien monsieur, vous pouvez vous vanter de m’avoir fait une sacrée frayeur. Fit-elle en se relevant et en époussetant ses vêtements. Figurez-vous que je me fais rarement surprendre de la sorte… Je vous félicite de votre efficacité et de votre vigilance. Les temps sont durs et il n’est pas facile de savoir à qui se fier…

Après avoir fait à son comparse une légère révérence, elle poursuivit :

A mon tour, je vous prie de m’excuser, je suis d’une curiosité maladive et je me demandais ce que vous faisiez ainsi à courir sur les toits. J’aime en savoir un minimum sur mes alliés et nous n’avons pas vraiment eut le temps de nous parler tout à l’heure.

Pour ce qui est de mon alignement, ne vous inquiétez pas à son sujet. Mais, évitons ce sujet je vous prie. Les rues ne sont pas sûres et je suis extrêmement bien placée pour savoir qu’en ville les oreilles indiscrètes sont partout…

Me direz-vous quel était l’objet de votre escapade ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaendre
Vifier(ère)
Vifier(ère)
avatar

Nombre de messages : 85
Age du personnage : 250 ans
Peuple : Elfe
Date d'inscription : 13/06/2008

Feuille de personnage
Localisation :
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: Rues de la ville   Mar 20 Avr 2010 - 18:28

L'objet de mon escapade..., répéta Vaendre d'un ton pensif.

L'objet de mon escapade est la mission de chaque rebelle qui souhaite le retour de la reine sur le trône, répondit-il, avec un sourire narquois facilement perceptible même sous l'épais tissu, c'est-à-dire le châtiment...

Il se mit à tourner autour de la jeune femme, l'emprisonnant dans la matrice de sa logique irascible.

Ces êtres vils et cruels que sont les transylvaniens nous considèrent comme inférieurs et indignes de la vie...Mais si nous sommes indignes de vivre, eux le sont d'exister.

Il vint se replacer devant la jeune rebelle.

Le monde est devenu un mur...un mur couvert de pourriture et de fiente, de fer et de soufre...Ainsi est devenu le monde par la faute des transylvaniens, ils méritent plus que la mort, ils méritent un châtiment exemplaire qui inscrive leur défaite en lettre de sang dans l'histoire. S'ils veulent la guerre, ils l'auront !

Il s'approcha enfin de la jeune femme et dit avec gravité :

Voilà "l'objet de mon escapade", c'est de commencer au plus vite la tâche qui m'incombe en tant que rebelle.

_________________


"Ir Ithil ammen Eruchín
menel-vîr síla díriel
si loth a galadh lasto dîn!
A Hîr Annûn gilthoniel,
le linnon im Tinúviel !"

#Lúthien ~ Glaer an Elbereth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leen
Sang-Melé(e)
Sang-Melé(e)
avatar

Nombre de messages : 30
Age du personnage : 24
Peuple : Humaine
Rang : Recruteuse et colporteuse des anciens vifiers rebelles
Date d'inscription : 18/06/2008

Feuille de personnage
Localisation :
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: Rues de la ville   Ven 23 Avr 2010 - 17:42

La bonne humeur de Leen fut rapidement refroidie par la raideur des réponses que lui firent le rebelle. Se rendant compte que se montrer joueuse comme elle en avait l'habitude ne fonctionnerait probablement pas avec lui, elle se drapa de sérieux.

"Le châtiment dites-vous. Fit-elle en prenant un air pensif dans le but de l'inciter à poursuivre. Qu'entendez-vous par là?"

A la seconde tirade du rebelle, elle eut un sourire presque imperceptible. Ces propos étaient peut-être un peu trop extrême au gout de la colporteuse qui préférait se montrer plus tempérée mais, elle devait reconnaitre à son compagnon une parfaite maitrise de ce genre de discours.

Voulant le flatter un peu, elle poursuivit:
"Voilà qui est bien parlé je dois le reconnaitre monsieur."


Elle allait poursuivre en lui demandant son nom avant de se souvenir que l'une des principales règles des rebelles étaient d'ignorer le nom des autres et surtout de ne pas chercher à le connaitre.
Elle comptait bien respecter cette règle qui assurerait certainement la pérennité du groupe si un ou plusieurs de ses membres venaient un jour à être capturés par les transylvains…


Quand à moi, j'étais également en route pour remplir ma mission. Je ne sais pas encore comment je vais la mener à bien mais, j'espère que l'inspiration me viendra une fois que je serai sur place...


Dernière édition par Leen le Mar 27 Avr 2010 - 16:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaendre
Vifier(ère)
Vifier(ère)
avatar

Nombre de messages : 85
Age du personnage : 250 ans
Peuple : Elfe
Date d'inscription : 13/06/2008

Feuille de personnage
Localisation :
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: Rues de la ville   Ven 23 Avr 2010 - 20:02

Vaendre remarqua le raidissement de la jeune femme à l'écoute de ses paroles. Il devina aussitôt ses pensées.

Vous ne cautionnez pas ma façon de penser et d'agir au sein des rebelles, n'est-ce pas ? répliqua-t-il d'un ton monocorde et glauque, Vous préférez rester "modérée" dans votre tâche de rebelle ?

Il s'approcha et poursuivit avec un regard vague.

Si la modération eût été suffisante pour vaincre les transylvaniens, vous pouvez être sûre que je l'eus employée. Seulement, il est une autre réalité...Les rebelles veulent le retour de la reine déchue sur le trône, mais ils ne savent pas à quoi ils s'engagent. Même ceux qui ont croupi au fin fond des géôles du château n'ont subi qu'une infime partie de la cruauté du tyran.

Il leva un instant les yeux au ciel, puis les fixa à nouveau sur la jeune rebelle.

Oui, les rebelles désirent que l'on chasse l'envahisseur et que l'on rétablisse la reine sur le trône légitime. Mais malgré les apparences et la détermination de nos compatriotes, le rictus de l'effroi est présent sur tous les visages...Tous ont peur du moment proche où il faudra affronter les transylvaniens, car leur cruauté surpasse leur pensée. L'attaque est la meilleure défense : La seule manière de les vaincre est de les égaler, que dis-je de les surpasser en terme de combat et de cruauté. Il faut effacer le rictus de l'effroi de nos visages et y inscrire le rictus de la vindicte ! S'il est fait ainsi, le seul sang qui fertilisera les terres du royaume, qui coulera dans les ruisseaux et qui poissera dans les égoûts sera celui des transylvaniens.

Il ne prit point garde au compliment que lui fit la jeune femme. Mais il lui témoigna à nouveau son intérêt lorsqu'elle évoqua sa mission.

Ah oui, rechercher ce fameux noble à la bague mystérieuse..., s'exclama-t-il toujours avec une voix gutturale mais qui traduisait un certain intérêt, voire une certaine avidité, D'après ce que j'ai pu voir, cette bague est sertie, elle doit donc appartenir à quelqu'un de haut placé dans la noblesse.

Je me demande si..., supputa-t-il en prenant un regard perplexe.

Mais il s'extirpa de ses propres pensées et fixa son attention sur la jeune rebelle.

N'auriez-vous besoin de quelque "main-d'oeuvre" pour votre office ? hasarda-t-il, Pour tout vous dire, mes lames trépignent quelque peu d'impatience si vous voyez ce que je veux dire et...

Il battit rapidement des paupières et reprit aussitôt.

...et je me demandais si je pourrais éventuellement me rendre de quelque utilité ?

Cette phrase sous-entendait une réponse, mais il ne lui laissa pas le temps de répondre. Sans bouger et impassible en se penchant vers elle, il murmura à peine audiblement.

N'esquissez pas le moindre geste, ne bougez pas. Quatre gardes derrière vous nous surveillent et vont bientôt s'approcher.

Il glissa lentement sa pupille vers le coin de son oeil, apercevant la troupe fouler brutalement le sol avec ses bottes ferrées.

A mon signal courez sans vous arrêter, je me chargerai d'eux afin d'assurer votre fuite. Surtout ne vous retournez pas et ne tentez rien, il ne faut pas risquer votre vie inutilement sans laisser de priorité à votre mission.

Il vacilla. Ses blessures se rouvraient, il n'allait pas tenir longtemps ainsi, mais ne voulant pas dévoiler plus longtemps sa faiblesse à son interlocutrice, il reprit une posture droite.
Les gardes s'approchaient petit à petit, Vaendre faisant toujours mine de discuter avec la jeune femme pour ne pas éveiller de plus grands soupçons que ceux qui amenaient les gardes à vouloir les interroger.
Il étaient déjà à une dizaine de mètres et interpelaient les deux rebelles afin de leur demander de les suivre.

Vaendre se pencha sur la jeune rebelle avec un regard toujours impassible mais emprunt d'une légère tension, et dit très neutrement.

Courez.

_________________


"Ir Ithil ammen Eruchín
menel-vîr síla díriel
si loth a galadh lasto dîn!
A Hîr Annûn gilthoniel,
le linnon im Tinúviel !"

#Lúthien ~ Glaer an Elbereth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leen
Sang-Melé(e)
Sang-Melé(e)
avatar

Nombre de messages : 30
Age du personnage : 24
Peuple : Humaine
Rang : Recruteuse et colporteuse des anciens vifiers rebelles
Date d'inscription : 18/06/2008

Feuille de personnage
Localisation :
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: Rues de la ville   Mar 27 Avr 2010 - 18:09

Je ne sais pas si votre méthode est la meilleure

Fit-elle, l'air pensive au rebelle lorsqu'il dit vouloir se montrer aussi cruel vis à vis des transylvains que ceux-ci l'étaient avec le peuple arnestilien.

Je craints que se faire remarquer en se montrant plus cruels qu'eux ne risque de les rendre plus cruels encore. Après tout, les transylvains sont connus pour être un peuple qui ne vit que de la guerre. Je suis d'ailleurs surprise que Tepes restent si longtemps en Arnestil...
Je craints également que se révéler trop rapidement à leurs yeux ne les rendent méfiant. Mais au moins proposez-vous une solution ce qui n'est pas le cas de la plupart des nôtres.

Je préconiserais toutefois comme vous l'avez si bien supposé une méthode différente. Je pense que nous devrions nous montrer le plus discret possible. Pour un temps du moins. Cela permettrait d'endormir cette méfiance que leur camp a constamment pour le notre. En faisant ainsi, nous pourrions nous préparer à les frapper lorsqu'ils ne s'y attendront plus…


Il lui parla ensuite de sa mission et lui proposa son aide dans cette tâche. Elle allait la décliner, craignant des débordements de la part de son compagnon et surtout sachant pertinemment qu’une domestique accompagnée d’un homme armé serait extrêmement suspecte aux yeux des gardes du château quand il lui annonça qu’ils étaient surveillés.
Il lui proposa alors de s’enfuir tandis qu’il se chargerait des transylvain. Elle refusa tout net et lui glissa à voix basse :


Permettez-moi une autre approche je vous prie. J’ai l’intention d’enter au château sous l’identité d’une domestique. Or, une domestique vous en conviendrez ne fuit pas devant ses maitres. Dans l’hypothèse ou vous échoueriez à occire ces hommes, je serais immédiatement découverte et ce n’est pas vraiment dans notre intérêt… Permettez-moi donc de tenter quelque chose avant. Nous pourrions toujours en revenir à votre méthode si la mienne venait à échouer…

Très rapidement car les transylvains se rapprochait, elle termina :

S’ils vous interrogent, conduisez-vous en amant éconduit.

Là-dessus et sans même attendre l’avis de son compagnon, elle prit un air outragé, lui flanqua une gifle magistrale et, claquant des talons devant lui, se dirigea vers les transylvains :
A voir leur armure de facture grossière (enfin aussi grossière que pouvait l’être un objet de facture elfique), Leen sut immédiatement qu’il ne s’agissait que de simples gardes qui effectuaient probablement leur ronde journalière.

S’inclinant devant eux puis se relevant sans croiser leur regard comme cela convenait à une domestique, elle leur dit, faisant mine de s’efforcer de reprendre son calme :


Pardonnez-moi messieurs de ce retard à vous obéir. Cet individu me faisait des propositions extrêmement gênantes et je ne pouvais le laisser impuni.
Que puis-je pour vous ?
Termina-t-elle, l’air soumis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaendre
Vifier(ère)
Vifier(ère)
avatar

Nombre de messages : 85
Age du personnage : 250 ans
Peuple : Elfe
Date d'inscription : 13/06/2008

Feuille de personnage
Localisation :
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: Rues de la ville   Mar 27 Avr 2010 - 19:39

Quelques minutes plus tôt...

Je préconiserais toutefois comme vous l'avez si bien supposé une méthode différente. Je pense que nous devrions nous montrer le plus discret possible. Pour un temps du moins. Cela permettrait d'endormir cette méfiance que leur camp a constamment pour le notre. En faisant ainsi, nous pourrions nous préparer à les frapper lorsqu'ils ne s'y attendront plus…

Il eut un soupir trouble.

Au contraire, si le peuple n'oppose aucune résistance, ils vont se méfier. Ils sont très intelligents, et savent que leur joug attise la colère du peuple. Leurs espions sont partout, ils savent...

Puis les gardes s'approchèrent.
Il demanda à la jeune rebelle de fuir, mais celle-ci refusa, préférant appliquer ses méthodes.
Vaendre fulmina intérieurement au refus de la jeune rebelle. Ses méthodes étaient peut-être discrètes mais contrairement aux siennes qui l'étaient pour ainsi dire aussi, elles n'avaient pour but que de contourner l'ennemi. Or, ce qu'il fallait, c'était le combattre.
Du moins s'il y avait des résistants qui occuperaient l'attention des transylvaniens, la véritable rébellion pouvait être secrètement mise à exécution. Mais Vaendre était conscient qu'il précipitait un peu les événements. Son désir de vengeance l'aveuglait trop et il devait se contrôler.

Alors les gardes s'approchèrent et elle voulut les tromper.

L'un des gardes sourit.
Peut-être nous dire pourquoi cet homme dont tu te plains, humaine, est si lourdement armé, répondit-il à la rebelle.

Vaendre resta stoïque. Intrigués, ils s'avancèrent.

Eh bien, humain, tu faisais des propositions "extrêmement gênantes" à cette femelle ? questionna-t-il sarcastiquement, sans toutefois obtenir aucune réaction.

Qui es-tu et que fais-tu ici ?

Vaendre resta un instant silencieux en jetant de brefs regards aux alentours, puis répondit d'une voix neutre et inexpressive :

Je faisais la cour à cette jeune femme et elle a refusé mes avances...

Le garde fut décontenancé.

Le ton trahit les paroles, ricana-t-il, je ne savais pas que les humains pouvaient être aussi bêtes !

Quoi qu'il en soit, tu vas devoir nous suivre immédiatement !

Pardonnez-moi, répliqua Vaendre en s'inclinant rigidement, mais je joue très mal la comédie.

Et le garde s'écroula en suffoquant, alors qu'un fluide pourpre jaillissait de son abdomen. Vaendre ne laissa aux deux gardes placés derrière que le temps de se rendre compte de la situation car leur mouvement fut stoppé net par deux couteaux de lancer respectivement plantés dans leurs deux gorges.
Le quatrième garde tenta d'appeler du secours mais la encore ne fut pas assez rapide, et finit par perdre connaissance, ne pouvant pas ôter de sa figure la main qui tentait de bloquer ses voix respiratoires.
Après avoir neutralisé efficacement les gardes, Vaendre ne daigna pas tourner son regard vers la jeune rebelle. Mais il supputa qu'elle devait être terrorisée.

Voilà, vos "ennuis" sont réglés, dit-il alors qu'il entreprenait la macabre tâche de dissimuler les cadavres dans une sentine presque invisible au regard, et il ne reste aucun témoin. Vous pouvez partir.

_________________


"Ir Ithil ammen Eruchín
menel-vîr síla díriel
si loth a galadh lasto dîn!
A Hîr Annûn gilthoniel,
le linnon im Tinúviel !"

#Lúthien ~ Glaer an Elbereth


Dernière édition par Vaendre le Mer 28 Avr 2010 - 11:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leen
Sang-Melé(e)
Sang-Melé(e)
avatar

Nombre de messages : 30
Age du personnage : 24
Peuple : Humaine
Rang : Recruteuse et colporteuse des anciens vifiers rebelles
Date d'inscription : 18/06/2008

Feuille de personnage
Localisation :
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: n   Mar 27 Avr 2010 - 21:40

Alors que les transylvains lui demandait pourquoi son compagnon était si lourdement armée, Leen, d'un calme olympien et respectueux leur répondit.

Je ne connait pas cet homme messieurs mais, je puis supposer qu'il est ainsi armé pour sa propre protection. Les rues ne sont pas très sures la nuit ici, elles ne l’ont jamais été. Vous avez certainement entendu parler des tensions entre vifiers et artiseurs, ou encore des coupes gorges qui parsèment la ville… C'est d'ailleurs pour cette raison que je rentre si tôt au château.
Monsieur, vu comme il est partit caresse probablement l’idée de trainer dans les rue ce soir afin de faire de nouvelles conquêtes fit-elle avec un certain mépris. De telles armes lui servent peut-être tout simplement à se prémunir des dangers de la rue…


Alors qu’elle pensait pouvoir les adoucir un peu, les projets de la colporteuse furent rapidement contrariés par les piètres talents d’acteur de son compagnon. Semblant remarquer lui aussi cette carrence, l'elfe revint bientôt à des méthodes plus expéditives...
Leen admira l’efficacité avec laquelle il élimina les 4 hommes. Pourtant, lorsqu'il eut finit son oeuvre, c'est d'un regard désapprobateur et légèrement moqueur qu'elle le gratifia. Son admiration y était cependant mal dissimulée. Comme elle en était consciente, elle déclara sans détour:

Et bien, je vois que vous êtes un tueur extrêmement efficace ! J’aimerais bien pouvoir en faire autant. Fit-elle rieuse, pas plus choquée que cela de la mort des quatre elfes. Je suis vraiment très impressionnée.

Après un instant de silence durant lequel elle fixa dans les yeux sont interlocuteur, elle poursuivit :

Cependant, il vous reste des choses à apprendre... Comme jouer la comédie par exemple. Si vous le souhaitez, je pourrais essayer de vous l’apprendre. La finesse est parfois bien plus efficace que les lames. Autant vous dire que les deux une fois associés peuvent être redoutables

Le voyant se préparer à dissimuler les corps, elle s’avança pour l’aider lorsqu’elle se souvint du rôle qu’elle devrait bientôt jouer et qui serait très certainement compromis si elle arrivait toute tâchée de sang. Elle s’arrêta donc et poursuivit :

Je vous aiderais bien mais une servante à la robe tâchée de sang attirera surement des curiosités que je préfèrerais éviter...

Sur cette dernière phrase, elle s’interrompit, à la fois prête à partir pour le chateau et à poursuivre sa discussion avec l'autre rebelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaendre
Vifier(ère)
Vifier(ère)
avatar

Nombre de messages : 85
Age du personnage : 250 ans
Peuple : Elfe
Date d'inscription : 13/06/2008

Feuille de personnage
Localisation :
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: Rues de la ville   Mer 28 Avr 2010 - 11:42

Vaendre sans le laisser paraître, s'étonna de l'assurance de sa compatriote. Ce qui prouvait qu'elle n'était pas comme tous les autres, elle n'avait pas peur.

Je comprends tout à fait cela, répondit-il tout en s'activant à la besogne, mais soyez sans crainte, je ne suis pas homme à me jeter sur un transylvanien lorsqu'un bataillon l'entoure. Si je n'ai suivi votre conseil, c'est plutôt que je ne le voulus pas. Pour tout vous dire, mes lames trépignaient d'impatience à l'idée d'être employées, mais sachez que j'ai auparavant vérifié que prendre cette liberté ne causerait aucun risque.

Disons, déclara-t-il, que j'ai de la finesse dans mes actes mais que leurs conséquences sont plus...expéditives. Je sais me dissimuler aux autres lorsqu'il le faut...

Il acheva enfin de rendre aux cadavres des gardes la sépulture qui leur seyait. Il fit mécaniquement volte-face vers la jeune rebelle.

Si vous refusez que je vous prête main-forte dans votre tâche, proposa-t-il, laissez moi au moins vous y suivre de loin, au cas où quelque chose tournerait mal...

_________________


"Ir Ithil ammen Eruchín
menel-vîr síla díriel
si loth a galadh lasto dîn!
A Hîr Annûn gilthoniel,
le linnon im Tinúviel !"

#Lúthien ~ Glaer an Elbereth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leen
Sang-Melé(e)
Sang-Melé(e)
avatar

Nombre de messages : 30
Age du personnage : 24
Peuple : Humaine
Rang : Recruteuse et colporteuse des anciens vifiers rebelles
Date d'inscription : 18/06/2008

Feuille de personnage
Localisation :
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: Rues de la ville   Mer 28 Avr 2010 - 18:12

Lorsqu'il insista pour l'accompagner la colporteuse hésita. Etait-ce une bonne idée d'accepter qu'il la suive même de loin? Bien sûr, si elle venait à être découverte, elle serait heureuse de pouvoir compter sur un allié aussi efficace que lui lorsqu'il s'agissait de tuer. Cependant, elle n'aurait à priori aucune difficulté à entrer au château. C’était une chose qu’elle avait fait de nombreuses fois et ce depuis bien longtemps. Avant même l’arrivée de Vlad Tepes Draculea sur le trône d’Arnestil. Accepter qu’il la suive serait donc avant tout mettre en péril sa couverture sans avoir de raison sérieuse de le faire. Tentant de faire comprendre les choses à son compagnon tout en ménageant sa susceptibilité, elle dit :

Vous pouvez me suivre discrètement jusqu'aux porte si vous le souhaitez fit-elle. Cependant, une fois entre les murs du château, je préfèrerais être seule. Les transylvains sont observateur, ils ne manqueraient pas de vous remarquer habillé et armé comme vous l'êtes. Il ferait probablement assez vite le lien entre nous deux et, je ne peux me permettre de perdre ma couverture de domestique. Dans ce cas, piètre combattante comme je le suis, je ne serais plus d'aucune utilité pour la rébellion...

Puis elle attendit la réaction du rebelle.

Il parlèrent encore quelques temps puis prirent chacun un chemin différents, Leen partant en direction du chatelet d'entrée et l'autre rebelle reprenant sa route vers une direction inconnue


Arrow Chatelet d'entrée


Dernière édition par Leen le Ven 24 Fév 2012 - 21:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaendre
Vifier(ère)
Vifier(ère)
avatar

Nombre de messages : 85
Age du personnage : 250 ans
Peuple : Elfe
Date d'inscription : 13/06/2008

Feuille de personnage
Localisation :
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Re: Rues de la ville   Mer 28 Avr 2010 - 20:47

La ville était muette. L'ardeur de l'astre solaire l'avait envahie, et avait très certainement contribué au retrait de plusieurs citoyens dans leur demeure.
Les murs de la ruelle d'Ambre, initialement de grès blanc dépérissaient, couverts de pourritures, de taches inégalement réparties, et suintaient dans la fournaise d'un soleil de plomb.
Cela était bien sûr sans compter la nouvelle souillure qui maculait les murs d'une sentine dissimulée, souillure consistant en le sang de quelques elfes transylvaniens dûment réprimandés par le mystérieux personnage qui occupait, stoïque, le haut du pavé, face à une jeune rebelle visiblement mal à l'aise.

Il eut un soupir étouffé. Ses yeux s'étrécirent et il pivota sur ses talons.

Je vois...Ne cherchez pas à vous justifier, déclara-t-il, Les événements qui viennent de se dérouler ne semble pas vous suggérer d'accepter ma proposition. Bien..., cette mission vous concerne, au fond, et j'ai sûrement tort de vous offrir mon aide. Mon seul regret est de n'en avoir aucune. Si je fus à la place de ce mystérieux individu que nous rencontrâmes dans le sous-sol, j'aurais préconisé un leurre en se manifestant en apparence, laissant soin à la véritable rébellion de se mettre subrepticement en place.
Mais apparemment, les rebelles ne l'entendent pas de cette oreille

Il fit une légère pause.

Et ils ont peut-être raison, poursuivit-il alors,
Alors je me soumets aux ordres, mais j'avoue que le fait de ne pas avoir d'objectif momentané auquel m'accrocher m'afflige quelque peu...

_________________


"Ir Ithil ammen Eruchín
menel-vîr síla díriel
si loth a galadh lasto dîn!
A Hîr Annûn gilthoniel,
le linnon im Tinúviel !"

#Lúthien ~ Glaer an Elbereth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dharel
Vifier(ère)
Vifier(ère)
avatar

Nombre de messages : 4
Age du personnage : 24 ans
Peuple : Vif(ière)
Rang : Espion & Assassin
Date d'inscription : 11/01/2012

Feuille de personnage
Localisation : La ville
Inventaire (arme et vêtement porté):

MessageSujet: Nouveau contrat   Mar 21 Fév 2012 - 20:06

*Plus tard*

Dharel était accroupie sur le rebord du toit. Les yeux rivés sur la ruelle d'en bas, le couteau dans la main, il attendait sa nouvelle cible avec impatience.
Son corps battait si vite qu'il s'étonnait de ne pas déjà être mort. Ce n'était pas la première fois qu'il tuait, mais cette nouvelle cible n'avait pas des horaires très faciles. Généralement, il passait sa vie dans la rue. La nuit par exemple, il dormait dans le foin d'une écurie accompagnait de deux chiens très agressifs dont Dharel ne voulait pas prendre le risque de se faire attaquer.

La pluie saccadée tombait sur lui, gelant son corps petit à petit. Ses mains tremblaient de froid, quand à ses lèvres qu'il pinçait été devenues violettes.
La cible en question avait volé un Aristocratre deux jours auparavant, et Dharel ne pouvait se résoudre à laisser passer cela.

Enfin il l'aperçut. Le personnage en question était un gros bonhomme habillée de peaux de bêtes toutes sales.
Dharel fit un rapide signe de la main dans l'air, et à cet instant un petit singe apparut sur le toit d'en face qui était beaucoup bas, et lança une grande corde à son maître.
Dharel attrapa l'extrémité de la corde, et la noua autour de la seule barre de fer sur le toit. En quelques secondes à peine, il sauta et vint glisser le long de la corde reliée du toit d'où il avait sauté, et celui où son singe s'agitait.

Ses pieds tombèrent sur le sol comme une feuille, et maintenant qu'il était derrière sa cible, il se précipita vers elle, puis lui enfonça sa dague dans le dos.
L'homme tomba mort, couvert de sang, sans souffle. L'assassin n'eut même pas le temps de réfléchir qu'il fila dans une petite ruelle sombre de l'autre côté, Abile courrant derrière lui.

Bien joué Abile.
Maintenant, donne moi les clés de l'antre.
Je me change et nous rejoindrons le marché.

Il adressa un clin d'oeil à son singe, et continua sa course nocturne. Dès qu'il fut arrivé dans son antre, il se changea en deux ou trois mouvements; un pourpoint beige et froissé, ainsi qu'un pantalon brun.
Il referma la porte derrière lui, et traversa la grande ruelle, son singe sur l'épaule.

Dis moi Abile,
Tu veux quoi pour le dîner ?


Il sourit et partit sur la place du marché, le ventre criant famine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rues de la ville   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rues de la ville
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les bandits dictent leur loi, au centre ville les autorités abdiquent
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» Defi pour futurs maires: les marches publics dans les rues
» Pétion –Ville ; mairesse Ludie Parent ap danse kompas !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le royaume d'Arnestil V2-Les temps sombres :: Parties RP :: La ville (RP) :: Autres (marché, rues de la ville....)-
Sauter vers: